Zoom sur le thé vert bio & équitable que Lökki a choisi pour brasser son kombucha

D’où vient notre thé et par qui est-il récolté ?

Le thé vert que nous avons sélectionné pour la production de nos kombuchas, vient du Laos. Il s’agit du Phongsaly et il est certifié bio et équitable. Le thé pousse généralement sur un buisson. Mais ici, dans l’arrière-pays montagneux de la province de Phongsaly, il pousse sur 230 hectares de théiers anciens. Ces théiers sont des arbres noueux, avec des branches tordues. Au total, ils sont près de 46 000 à Phongsaly !

La province de Phongsaly est située dans la partie la plus septentrionale du Laos, dont 90,9 % est de haute montagne. Les théiers poussent à 1183,5 mètres d’altitude en moyenne. Là-haut, 0 produit chimique à l’horizon : le thé est Biologique de nature ! C’est une organisation de petits producteurs regroupant 270 familles (c’est-à-dire environ 5000 producteurs) qui s’occupe de récolter les précieuses feuilles.

Dans cette province, et tout particulièrement dans les villages de Loungching et de Phayasi, la culture du thé a une histoire de près de 400 ans ! Incroyable, non ? Ces 2 villages ne sont pas les seuls à cultiver le thé : 28 autres villages de Phongsaly ont des plantations de thé. Les autorités de la province de Phongsaly n’y sont pas pour rien, d’ailleurs : elles encouragent la production de thé depuis 1994 pour remplacer le pavot à opium. Et ça évidemment, on approuve !

La province de Phongsaly est limitrophe du Vietnam à l’est et de la Chine à l’ouest et au nord. Et oui, elle n’est qu’à 80 kilomètres de la frontière chinoise ! Les Chinois sont étonnamment plus à-même de s’approvisionner en thé Phongsaly que les habitants de Vientiane, capitale du Laos. La raison ? Il faut trois jours aux agriculteurs des montagnes pour se rendre à Vientiane, du fait de routes mal aménagées ou souvent fermées à cause des glissements de terrain pendant la saison des pluies.

Lökki soutien cette filière à son niveau, en s’approvisionnant auprès de fournisseurs européens spécialistes de l’importation équitable. 

Pourquoi avoir choisi ce thé, issu du commerce équitable ?

Comme c’est le cas dans d’autres zones de forêts ou plantations anciennes de thé, ces cultures rares sont menacées par l’absence de droit foncier. Cela est parfois synonyme de reconversion des terres ou d’extraction non durable des ressources. Sans compter la menace de l’expansion de l’agriculture industrielle intensive ! Pour aider les populations locales, la récolte de leur thé a été ouverte au marché sous forme de commerce équitable

Ainsi elles peuvent poursuivre la récolte, comme elles le faisaient auparavant, et avoir un revenu suffisant pour vivre décemment sur leurs terres anciennes. Sans compter que les 2/3 du thé traité à l’usine (qui permet son conditionnement) sont destinés au marché chinois, où ils permettront l’amélioration de thés de qualité inférieure, récoltés mécaniquement… il était donc grand temps d’offrir à ce grand thé de nouveaux débouchés !

La certification des producteurs et la valorisation de leur production, issue de théiers anciens comme nouveaux, contribue grandement à l’amélioration des conditions de vie de ces communautés. Le cadre équitable garantit des prix durables et mobilise des fonds pour le développement de leur région.

Voici des exemples de projets menés sur place grâce à la prime du commerce équitable : 

  • Social : services d’urgence permettant la gestion des accouchements et des décès, meilleur accès au soin pour les plus démunis
  • Culture du thé : Amélioration de la production, du système de gestion et de la qualité du thé pour un meilleur accès au marché
  • Infrastructures : construction de routes, accès à l’eau propre, meilleur accès à l’école

Qu’est ce qui rend ce thé de si bonne qualité ?

En comparaison avec les thés cultivés intensivement, les feuilles fraîches de thés sauvages ont jusqu’à 85% de plus de polyphénols et une richesse en nutriments plus importante. Ce qui explique aussi le fait que ces thés ont une teneur en arômes beaucoup plus élevée.

Les feuilles du thé vert Phongsaly poussent sur des arbres noueux. Les producteurs les récoltent donc à la main, en grimpant sur ces vieux théiers. Les feuilles sont ramenées au village pour être fermentées (pour cela, elles sont brièvement chauffées puis pétries pour en extraire le jus) puis séchées au soleil. Après cela, le thé est amené à l’usine (la plus grande usine de thé du Laos, s’il vous plaît !) pour y poursuivre sa transformation et son conditionnement.

Bref, le thé qui nourrit nos petites bulles est carrément chargé en ondes positives et ancestrales. Les producteurs vivent décemment, la Terre est respectée et notre généreuse mère de kombucha Lökki améliore la bio-disponibilité des molécules nutritives de ce thé !

Pour rester informé de toutes nos actualités et suivre le quotidien des éleveurs de bulles, likez notre page Facebook !

Si vous avez apprécié cet article n’hésitez-pas à le partager 🙂