Notre microbiote intestinal : pourquoi et comment le chouchouter ?

Illustration by Mathilde Gay mathilde-gay.com

Comme le décrit si brillamment Giulia Enders dans son livre désormais best-seller « Le charme discret de l’intestin », nous sommes habités. Oui tout à fait ! Et pas par n’importe qui, s’il vous plaît ! Nous hébergeons dans notre intestin environ 100 billions de bactéries (c’est plus que le nombre de cellules qui constituent notre organisme), soit en moyenne 2 kg sur le poids total d’un adulte. Aujourd’hui, certains scientifiques estiment que le microbiote intestinal peut être considéré comme un organe à part entière. Alors autant en prendre soin !

Le microbiote intestinal, qu’est-ce que c’est ?

On appelle flore intestinale, ou microbiote, tous ces micro-organismes qui peuplent notre tube digestif. Cette flore intestinale agit donc comme une barrière dans nos intestins et nous protège des agressions extérieures. Des recherches scientifiques récentes ont même prouvé qu’un intestin en bonne santé a non seulement une influence sur notre système immunitaire mais aussi sur notre santé mentale. D’où le terme de deuxième cerveau qui est de plus en plus employé pour parler du ventre et plus exactement de l’intestin, qui échangerait directement avec le cerveau sur des sujets top secret et de grande influence sur notre subconscient… passionnant !

Le saviez-vous ?

À l’époque, on ne connaissait pas encore bien les bactéries alors on les classait dans le règne végétal, d’où le nom de « flore intestinale ». Le terme de flore n’est donc pas tout à fait correct mais il nous permet de bien visualiser ce dont il est question. Pour être exact d’un point de vue scientifique on devrait parler de microbiote, du grec : « petit « et « vie » pour désigner la population de microbes qui nous habite.

Quelles sont les dernières découvertes scientifiques à son sujet ?

Même s’il reste encore beaucoup à découvrir sur le microbiote, voici quelques points ayant été démontrés à ce jour :

Illustration by Mathilde Gay mathilde-gay.com

 

 

Immunité et défense naturelle : l’intestin est vulnérable car il peut être directement exposé à des pathogènes venus de l’extérieur. Par un effet barrière, le microbiote protège les cellules de l’intestin des micro-organismes dangereux (pathogènes, donc) qui ont pu être ingérés. Il est aussi en constante communication avec le système immunitaire . Cela lui permet de lutter rapidement et efficacement contre les risques d’agression extérieure.

Un lien entre le microbiote et certaines pathologies :

En comparants les microbiotes d’individus sains et malades, des liens entre certaines « signatures bactériennes » et certaines maladies ont été établis. Ainsi certaines pathologies pourraient être liées à un déséquilibre microbien: maladie de Crohn, troubles hépatiques, diabète, cholestérol, troubles du comportement alimentaire et même certains cancers… En outre, cela fait maintenant plusieurs années que l’on évoque le rôle du microbiote dans le stockage des graisses et l’obésité. La greffe d’un microbiote de souris obèse chez une souris mince peut faire gagner du poids à celle-ci et inversement. Ces études soulèvent donc de nombreux espoirs concernant de nouvelles voies thérapeutiques par la régulation du microbiote. Mais la façon dont ces mécanismes fonctionnent reste encore assez floue. Il faudra attendre des résultats plus solides avant d’espérer la mise en place de traitements alternatifs.

 

L’intestin, notre « deuxième cerveau » : 

notre tube digestif est très largement relié au cerveau grâce à plus de 200 millions de neurones. Cet axe cerveau-intestin fonctionne dans les deux sens. Les informations en provenance du cerveau impactent les conditions de vie du microbiote dans l’intestin.

Illustration by Mathilde Gay mathilde-gay.com

Mais les micro-organismes présents dans notre intestin sont également capables d’influencer notre cerveau et donc notre comportement ou nos humeurs.  Par exemple, il a été montré que le microbiote peut induire la production de sérotonine, neurotransmetteur qui régule le sentiment de bonheur.  Dans plusieurs études, des liens ont été établis entre le microbiote et des maladies neurologiques et psychiques telles que l’autisme, la dépression ou la schizophrénie. Ces pathologies restent cependant difficiles à expliquer car les causes sont souvent multiples et complexes.

 

Comment prendre soin de son microbiote ?

En consommant chaque jour de petites quantités d’aliments fermentés, nous aidons notre microbiote. Nous lui apportons d’autres populations de micro-organismes qui vont l’enrichir. Les aliments fermentés nous aident à maintenir la proportion adéquate de bonnes bactéries. Elles nous défendront en cas de pathogène opportuniste tentant de coloniser l’un de nos organes.

Il est important de comprendre que les micro-organismes apportés par notre alimentation ne vont pas forcément s’installer de manière définitive dans l’intestin. Aujourd’hui, les probiotiques fonctionnent surtout comme une cure de soins. Après une prise d’antibiotiques, mieux vaut ne pas laisser au hasard la place devenue vacante dans notre intestin. Les probiotiques aident l’intestin à retrouver son équilibre une fois les véritables dangers éliminés. Quand on cesse de les prendre, c’est au tour de la flore intestinale d’assurer.

Nul besoin d’avaler des gélules pour apporter à son corps des probiotiques. En consommant vivants, des légumes lactofermentés, des boissons fermentées (kombucha, kéfir…), du yaourt, de la choucroute ou de la bière (le tout non pasteurisés surtout!), nous avalons tout naturellement ces micro-organismes bénéfiques.

Illustration « produits fermentés versus pasteurisés » mathilde-guy.com

Une alimentation variée (un peu de fermentée mais pas que)

Les aliments fermentés sont une mine de bienfaits pour la santé, mais ils agissent mieux s’ils sont consommés fréquemment et en petite quantité. Il ne faut donc pas tomber dans l’excès. Privilégiez plutôt une alimentation variée et équilibrée, comportant des aliments crus, cuits et fermentés (une petite touche par jour suffit).

Pour aller plus loin :

Voilà qui fait déjà beaucoup d’informations, mais pour les plus curieux d’entre vous qui en voudraient encore plus, voici un documentaire arte sur le sujet, qui dure 54 minutes cette fois-ci ! : 

Illustration mathilde-gay.com

Cet article est un extrait simplifié de notre livre « Kéfir, kombucha & cie – faire ses sodas naturels » sorti aux éditions Marabout :

Dans ce livre, on vous présente tout plein de recettes de boissons fermentées à faire à la maison et à consommer au quotidien ! Alors, si vous souhaitez en savoir plus et prendre soin de votre microbiote directement à la maison, retrouvez-le dans toutes les librairies francophones et bientôt en ligne.

Cet article vous a plu ?! Partagez-le :

Pour suivre notre actualité et la sortie des prochains articles, likez notre page facebook :