Les banques éthiques : Le choix de Lökki depuis sa création

Chez Lökki, on a depuis le début de l’aventure décidé de ne travailler qu’avec des banques éthiques. Qu’est-ce qu’une banque éthique, pourquoi avons-nous fait ce choix et où avons-nous fait nos demandes de crédit, on vous dit tout dans cet article !

Pourquoi choisir une banque éthique ?

Parmi nos choix d’entrepreneurs engagés, l’origine de l’argent que nous allions emprunter et l’endroit où nous allions déposer nos revenus a été fondamentaux. En effet nous sommes des enfants de la génération Y. La crise de 2008 n’est pas passée inaperçue dans nos parcours d’étudiants et de jeunes actifs. Depuis nous prêtons une attention toute particulière aux multiples scandales financiers qui ont mis en lumière le nécessaire réalignement des métiers de la finance sur leur utilité sociale. 

En se renseignant un peu, nous sommes tombés sur le « Guide éco-citoyen » qui fait le point sur les banques françaises et les impacts de leurs activités sur le climat. Cette étude comparative de l’ONG Les amis de la terre explique le fonctionnement des banques françaises, leurs rôles et les impacts de leurs activités sur le climat. Ce guide nous a aiguillés sur notre choix de banque et nous a rassurés sur le fait que notre argent n’allait pas contribuer aux dérèglements climatiques (entre autres).

Notre première banque : le Crédit Coopératif

En France, le Crédit coopératif est la première banque de financement de l’économie sociale et solidaire (ESS). Le Groupe Crédit Coopératif est né du regroupement de la banque des SCOP et de la Banque coopérative des associations ouvrières en 1969.

En 2015, quand nous nous sommes lancés, nous avons fait le pari de ne présenter notre projet qu’au Crédit Coopératif. Heureusement, notre conseiller a cru en notre projet ! Autrement nous aurions été bien embêtés car nous n’avions pas fait d’autre demande de rdv !

Notre deuxième banque : la Nef

La Nef (dont l’acronyme signifie « Nouvelle économie fraternelle ») a d’abord été créée sous forme associative en 1978. Elle s’inspirait d’autres banques éthiques européennes déjà existantes (GLS Bank et Triodos). La loi bancaire contraint ensuite l’association à poursuivre ses activités de prêt sous une autre forme juridique. Suite à quoi, à l’initiative de 650 coopérateurs, La Nef est créée en 1988. Depuis avril 2015, elle est autorisée à ouvrir des livrets d’épargne et des comptes à vue pour les clients professionnels (c’est notre cas !).

En 2018, c’est la NEF qui a financé notre plus grand investissement qui est notre ligne d’embouteillage.

Pourquoi ces banques sont dites éthiques ?

Les critères de différenciation des banques éthiques ne résident pas dans leur offre, qui est proche de celle des banques de détail traditionnelles. La différence porte davantage sur la place prédominante donnée à la responsabilité sociétale et à la solidarité dans l’exercice de leur activité d’intermédiation bancaire. 

Une banque éthique offre à chacun de ses épargnants la possibilité de savoir où va son argent, comment il est utilisé, et entre autres quelles sortes d’investissements il permet de financer. Pour elles, la rentabilité financière n’est pas une fin en soi, mais une manière d’atteindre un objectif plus large d’« impact positif dans la collecte et l’utilisation de l’argent ».

Inconcevable donc pour la Nef ou le Crédit coopératif de participer directement au financement de projets d’extraction de charbon ou à la spéculation sur les matières premières dans le monde.

Avec un fonctionnement réellement démocratique et des financements socialement utiles, la Nef et le Crédit coopératif contribuent à modifier le paysage bancaire hexagonal.

Les limites de ces banques éthiques (car oui, il y en a)

La Nef est partenaire du Crédit coopératif. Ce partenariat lui permet d’assurer certaines de ses missions bancaires.

Et le groupe BPCE (Banque populaire / Caisse d’épargne) est l’organe central du Crédit coopératif. C’est-à-dire qu’il le représente auprès des pouvoirs publics et garantit sa solvabilité.

Bien que les accords qui relient tout ce petit monde soient assortis de garanties d’autonomie, il n’en demeure pas moins que BPCE exerce un contrôle sur le Crédit coopératif et, indirectement, une influence sur la Nef.

Vous voilà prévenus : les banques éthiques « officielles » sont en partie dépendantes des grosses banques classiques… Vous ne vous affranchirez pas vraiment du système en y transférant votre argent.

En revanche, vous pourrez encourager avec votre épargne des projets plus éthiques, écologiques et solidaires !

Alors si comme nous vous voulez soutenir un financement plus éthique de l’économie, cliquez-ici pour ouvrir un livret d’épargne à la NEF.

Et pour aller plus loin dans la compréhension des banques alternatives, vous pouvez lire cet article.

Si vous avez apprécié cet article, aimez notre page Facebook et soyez alerté des prochains articles qui sortiront sur notre blog !