Zoom sur le sucre bio et équitable que Lökki a choisi pour produire son Kombucha

Chez Lökki on fait du mieux qu’on peut pour que nos approvisionnements de matière première se fassent de manière responsable. Nous prenons grand soin à ce que les ingrédients qui composent nos boissons soient de qualité. Mais nous souhaitons aussi que la production de ces denrées ait un impact positif pour ceux qui les produisent et permette la préservation de leur environnement. Dans cet article nous vous présentons nos producteurs de sucre.

D’où vient notre sucre et par qui est-il récolté ?

Le sucre de cannes blond, bio et équitable que nous avons sélectionné pour la production de nos kombuchas, est issu d’une filière de petits producteurs vivant au Paraguay. Ce sucre est produit à 35 kilomètres de Asunción, au cœur du pays. Là bas, les rotations sont respectées, la lutte est intégrée, ils n’utilisent pas de phytosanitaire et ne pratique pas de brûlis. Par ailleurs, la sucrière est autosuffisance en énergie grâce à la baga (déchets des cannes) qu’ils réutilisent pour créer de l’électricité. Au central du Paraguay, il pleut souvent, il n’est donc pas nécessaire d’irriguer artificiellement les cultures. La récolte se fait manuellement à 80% et la production de ce sucre est certifiée bio depuis 1999.

Pourquoi avons nous choisis cette filière ?

Le Paraguay est un pays pauvre et enclavé. En effet, 22% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Dû à une histoire coloniale particulière et à une pression agraire récente venue du Brésil, les paysans du pays ont besoin plus que jamais d’être soutenus afin de faire reculer la pauvreté et de lutter contre les pressions foncières.

Durant la récolte du sucre (mai à décembre), la sucrière emploie jusqu’à 280 personnes auquel s’ajoute les 300 coupeurs et les 50 personnes qui transportent les cannes directement à l’usine de transformation. La sucrière est ainsi un des principaux employeurs de la région.

C’est bête mais au quotidien ça donne du sens de brasser et de se dire qu’on aide par la même occasion d’autres êtres humains à vivre décemment de leur activité !

A quoi sert la prime « commerce équitable » que nous leur reversons ?

Avant, les agriculteurs du département central du Paraguay n’étaient pas organisés et ils fournissaient leurs cannes à sucre aux raffineries de sucre de la région de manière individuelle et à des prix désavantageux.

Depuis 2002, les agriculteurs ont monté une association pour représenter leurs intérêts vis-à-vis de la raffinerie mais aussi auprès des acheteurs étrangers et occidentaux. Leurs objectifs sont de :

  • Sécuriser les revenus des petits producteurs (versus cours fluctuant et instable des marchés financiers)
  • Soutenir les agriculteurs les plus pauvres via des projets d’investissement
  • Investir et mener des programmes (culturels, éducatifs…) 
  • Fournir les soins de base et dentaire pour les familles

 

Très concrètement, au cours des dernières années, les primes équitables auxquelles nous avons participé ont été utilisé pour :

  • embaucher à plein temps un employé agronome et mettre en place unsystème de contrôle interne
  • opérer 10 membres de la cataracte sans qu’ils aient à en payer les frais
  • acheter quelques tracteurs pour les partager entre fermiers qui en auraient besoin
  • construire un garage afin de pouvoir réparer et entretenir ces nouveaux tracteurs (même en cas de mauvais temps hein parce comme on vous l’a déjà dit, pour ceux qui suivent, il pleut souvent au cœur du Paraguay)

Pourquoi n’utilisons-nous pas du sucre de betterave pour nos kombuchas ?

Pour être tout à fait transparents avec vous, même si nous sommes fiers et heureux de travailler de manière équitable avec des petits producteurs du Paraguay, il est vrai que nous aurions aussi aimé travailler en solidaire avec des producteurs français. Alors pourquoi n’utilisons nous pas aussi du sucre de betterave par exemple ? 

Concrètement, la production de sucre bio dans le monde se réparti aujourd’hui comme suit :

  • 90% de sucre de canne (Brésil, Inde, Argentine et Paraguay + un peu dans les DOM TOM)
  • 10% de sucre de betterave (Allemagne, Autriche, et Suisse)

Nous avons récemment participé à une réunion Bio Partenaire pour justement parler de l’émergence de filières régionales de valorisation de la betterave sucre en bio en France. Il s’avère que les producteurs français ont pour l’instant de grandes difficultés à convertir leurs cultures actuelles en agriculture biologique. Les champs sont trop vastes et les agriculteurs n’arrivent pas à obtenir de bon rendement en respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique. Seules les petites parcelles arrivent à produire de la betterave bio convenablement.Cependant, les processus industriels existants pour transformer le sucre ne sont pas adaptés au traitement de petits volumes. Bref la filière de sucre de betterave bio française reste encore à bâtir. Des expérimentations sont en cours et nous vous tiendrons bien entendu au courant dans les années à venir !

Cet article vous a plu ?! Partagez-le :

Pour suivre notre actualité et la sortie des prochains articles, likez notre page facebook :